J'utilise le stop clock professionnel.

C'est un outil indispensable, et je pense qu'il a complètement changé mes tirages.
Les deux séquences séparées sur chacun des deux canaux permettent de tirer en utilisant la méthode split grade, et d'avoir des séquences très élaborées et de manière séparée pour les zones d'ombre et de haute lumière. La programmation des séquences est très ludique. Le contrôle du temps d'exposition se fait jusqu'à la plus petite fraction (1/12è de stop).

Il y a un point très important à comprendre pour l'utilisation du stopclock. C'est la synchronisation des deux canaux en mode split. Une fois que les deux canaux sont synchronisés, si vous augmentez le temps d'exposition sur la première séquence, vous augmenter le temps d'exposition du tirage en conservant le même contraste. Donc l'augmentation que vous avez sélectionnée, se trouve automatiquement ajoutée à la deuxième séquence, et ce, dans la même proportion. En revanche, si vous augmentez le temps d'exposition sur la deuxième séquence, celle-ci est indépendante de la première et par conséquent ne l'affecte pas, de ce fait, vous augmenter le contraste uniquement.
L'explication parait compliquée, mais en fait c'est très simple à maîtriser.

Aussi, il est possible de compenser pour l'effet de dry down, en utilisant la touche compensatrice.

Je trouve le compte-pose par f-stop plus logique, parce qu'il permet d'évaluer le tirage de manière logique et visuelle sans avoir à se soucier du temps d'exposition en soit. Aussi, lire une bande de test est très simple et naturel, puisque les augmentations d'une zone à l'autre sont proportionnelles.
Cette méthode contraste avec un compte-pose traditionnel basé sur les secondes qui se matérialise par des augmentations non proportionnelles d'une zone à l'autre et rendent la lecture de la bande de test moins précise.

Là encore, j'insiste sur le fait que l'explication parait compliquée, mais en fait, c'est très facile à maîtriser.

Fais-nous savoir comment tu t'en sors avec le compte-pose Romary.

Bien à vous,

Delphine